Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Amour et Xanax

  • [Exigüité du bonheur]

    Exigüité du bonheur

    ― Parler

    C'est renaitre par la voix



  • [J'ai tant vécu]

     

    J'ai tant vécu dans ces bras tendres

    La crainte des étreintes,

    Une maladresse qui désarme.

    Tirer l'alarme aux silences

    Pour en découdre.

     

    Là, j'ai connu la dispersion des hontes

    La hardiesse d'un remembrement,

    La faconde de mots tactiles, idiotisme sans voix;

    J’avais alors des langues mortes plein les mains.

    Me rassembler ; Me ressembler

    - Ce que nous sommes

     

    J'ai tant vécu dans tes bras tendres

    Que je veux vivre encore.


  • Reprise du réel

    I

     

    Répéter le geste de l'artisan

    Saisir l'objet, le façonner

    Ne plus toucher du bout des doigts

    Tendre jusqu'au bout mes gestes précis et complets

    Le rayonnement de mon corps étiré

    Dans la disposition d'un geste précis.

    Prendre corps comme un vin peut le faire`

    Prendre garde à ma posture, mon comportement,

    Et mes attitudes dégingandées

    Changer la façon de me mouvoir dans l'espace

    La démarche plus souple, sans heurt,

    En un mot ondoyante.

     

     

    II

     

     

    S'astreindre à redresser le regard loin,

    Sur la ligne d'horizon – tête haute,

    Mes sens éveillés aux entours .

    Vigilant pour ne plus trébucher sur

    Ni me soumettre aux intrusions de l'extérieur

    Par négligence, désintérêt, ou par distraction.

    Prendre part comme aux jeux d'hier

    Retrouver le plaisir d'être chaque jour attentif.

    Sous l'insignifiance apparente d'une routine,

    Me soucier du monde présentement,

    Et par souci de toi.

    Ne plus jamais vivre d'abstraction, de théorie et d'éthique.

     

     

    III

     

    Prendre le temps d'apprivoiser le temps

    De cet art que l'on nomme patience

    Attenter aux divertissements, aux ajournements fébriles

    Maîtriser ma respiration, mes précipitations

    Les tremblements d’une peur qui me précède,

    Me subordonne – à la perfection.

    Ce n'est plus la question de l'hédonisme contre la critique

    Pas non plus la question

    De l'instinct de survie contre de la réforme

    Mais de l'entrain contre le désespoir

    De l'être contre les regrets

    De la passivité ou de l'action.

     

     

    IV

     

    Pendant longtemps, j'ai aimé la langue de la Bible.

    Fasciné par sa syntaxe et ses analogies

    J'ai aimé avec ardeur une morte

    Que je ne supporte plus,

    Je préfère encore l'orthodoxie des notices techniques et des modes d'emplois

    J'use à présent d'un je contemporain – auto fictif

    Nous avons perdu l'omniscience jusque dans nos récits.

    Je m'exerce à vivre comme un auteur de haïkus mais bavard

    La parole spontanée, naturelle et le rire,

    Comme fruits de la complicité.

    Car je n'ai jamais voulu être autre chose

    Qu'un homme au monde ?

     

     

  • Le roman du bonheur

    J'ai perdu l'habitude de parler du bonheur,

    Le début et la suite, vus de la félicité me semblent une terre plane,

    Étendue que je suis incapable de scinder ou de retenir

    Sinon par bribes.

    Mon vocabulaire reste abstrait, automatique ;

    Je me surprends seulement à prononcer certains mots

    Qui me reviennent de longtemps

    Comme d’une langue maternelle

    Oubliée.

     

    J’espère sans tarder pouvoir retenir nos faits d'armes

    Savoir enfin y définir des nuances,

    Des inflexions,

    Ou comment les sentiments s'articulent

    Autour d'événements et de dates

    Gravés dans la mémoire.

    Il est bien plus facile quand on connait son état

    D'en reconstituer une chronique.

    Bientôt !