Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • [J'ai tant vécu]

     

    J'ai tant vécu dans ces bras tendres

    La crainte des étreintes,

    Une maladresse qui désarme.

    Tirer l'alarme aux silences

    Pour en découdre.

     

    Là, j'ai connu la dispersion des hontes

    La hardiesse d'un remembrement,

    La faconde de mots tactiles, idiotisme sans voix;

    J’avais alors des langues mortes plein les mains.

    Me rassembler ; Me ressembler

    - Ce que nous sommes

     

    J'ai tant vécu dans tes bras tendres

    Que je veux vivre encore.


  • [Aucune musique...]

    Aucune musique ne remplacera la voix.

  • Lettre à un lecteur américain

     

    (pour une lecture à une soirée Foutou'art)

     

    I

     

    Écoute, mon avoué

    Ne fais pas le sourd

    A mes appels

    Ne décroche pas

    Au bout de cinq minutes

    Comme un psy

    Je m'excuse

    De manquer parfois

    De conversation

    De t'avoir ennuyé

    Avec mes misères

    Un soir de Super Bowl

    Où les Ravens de Baltimore

    Ont battus les 49ers

    Par 3 points d'écart.

     

    II

     

    Est-ce que tu peux

    Me comprendre ?

    La prochaine fois

    Je ferai des efforts

    De style

    Je ne sais pas encore

    Ce que donne mon français

    Passé par Google traduction

    Mais pour trouver une forme idoine

    Je vérifierai avant d'envoyer

    Mes messages

    La prochaine fois

    Je te promets.

     

    III

     

    C'est vrai , j'étais naïf de croire

    Que ma bien aimée

    Était celle

    Qui en savait le plus

    Sur ma personne.

    Tu as appris de vives voix

    (Je m'entends)

    Mes usages de la toile

    Mes errances de cœur

    Mes épanchements.

    Et si, au prisme de mon inconscience

    Je ne me suis pas toujours montré

    Sous le meilleur jour ;

    J'ai un peu honte.

     

    IV

     

    J'aurais recours à ta clémence

    Et à ta compréhension

    Pour ne pas en parler

    A mes proches.

    S’il te plaît,

    Ce n'est pas mentir

    Que de faire

    La sourde oreille.

    Si j'ai heurté parfois

    Ta conscience évangélique

    Je jure à la romaine

    De mieux tenir ma langue

    A l'avenir.

     

    V

     

    Et puisque nous en sommes

    Aux confidences :

    Je ne t'en veux pas

    Moi aussi quand ma mère téléphonais

    Je suivais sa conversation

    A l'écouteur

    J'avais cinq ans

    Mais nous sommes restés

    De grands enfants.

     

    (Bisous)

     

     

     

  • Au rayon laitage

    Je me sens mille fois moins postmoderne

    Qu'un camembert de Normandie

    Au lait pasteurisé.