Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le Nouvel échiquier

     

    ttl8.jpg

     

    De l'autre côté du miroir

    Sur l'autre versant

    Biseauté du réel

    Comme carte tricherie

    Je suis le cavalier blanc

    Le pion perdant

    D'un jeu perdu.

    Alice,

    Sur un autre plan

    D'ordonnées et d'abscisses

    Béant et géant.

     

    De l'autre côté du miroir

    Sur l'autre versant, biaisé

    Des prédateurs

    En dépit des surfaces polies

    Je suis le cavalier blanc

    L'antidote, Alice

    Qui s'affranchit des règles - entre joueurs

    Tête première au trot marché

    Brique par brique

    retrouve l'intégralité

    Des espaces

     

    De l'autre côté, en l'abysse d'un reflet

    Je suis le verdict aux phantasmes

    Le cavalier d'une armée chancelante

    Autant de mésalliances

    Dont il faut renier

    Les commandements

    Je brise la défense

    D'un roi impotent

    Qui exerce son pouvoir de nuisance

    Comme une dernière forme

    D'hégémonie.

     

    De l'autre côté du miroir

    Sur le versant inverse,

    Les stratégies barbares

    Qui font d'hier demain ;

    Pour rester dans un jeu sénile

    de ressentiments

    Il faut jouer double

    Dollar - Rouble

    Avant que ne prennent le feu

    Aux terres démembrées du centre

    Comme il a été instillé ailleurs

     

    De l'autre côté du miroir

    Finir enfin par descendre

    L'ubac pentu comme un hoquet

    Ce versant impossible

    Où la huitième case fait l'arène.

    Je suis le cavalier blanc,

    Le pion proche qui s'éloigne, Alice

    De l'autre côté de la négation

    Je ne peux m'entrainer à croire

    Leurs fadaises

    Deux demi-heure chaque jour.