Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alcool

  • Ombres chinoises

    Elles dégrafent leur décor sage
    Des études discrètes.
    Elles s’inquiètent des ressorts
    Sur les matelas qu’on leur prête.
    Ce sont des reines des abeilles
    Qui se nourrissent de couloirs
    Les chambres sont toutes pareilles
    Où elles nous entraînent :
    Noires.


    Elles ont des saintes patronnes
    Du dernier soir de permission
    Le con.
    Les amours de fortune
    Ne prennent pas de commission
    Mais se donnent comme une épiphanie.
    ― Embrasse mes chieuses.
    La peau est le drap chiffonné
    D’une jeunesse dispendieuse.


    Leur proie est une bête faible
    De ces bêtes farouches
    Qui espèrent le danger.
    Leur faible serait de noter la saillie
    A leur retour
    Entrecoupées
    Auprès des joueurs de capsules.
    Leurs yeux douloureux de poupées
    Sur des corps que l’amour macule.


    ………………


    Leur heure est lorsque n’en peut plus.
    Elle s’éternise, la fête.
    Même les plus braves se muent
    En suppliants près des cuvettes.
    – L’alcool aussi à ses dévots.
    Ce sont des envies de mort sur
    La peau
    Ou ce qu’il faut de voluptés
    Pour un air de guipures.


    Elles ne laissent que le rouge
    D’un baiser sur la joue en forme d’au revoir.
    ― Bon, allez on bouge.
    Elles s’en vont.
    Les autres dorment,
    Gisent à même le plancher
    Ainsi petites soeurs whisky,
    La nuit nous permet d’épancher des désirs
    Pour le moins exquis.


    … Déchirez le papier et libérez les ombres,
    les morts ont besoin des vivants pour vivre.

  • [L’alcool est doux et chaud]

    L’alcool est doux et chaud
    Plein de O et de I
    Plein d’oubli.


    L’alcool est doux et chaud
    Et tant pis s’il nous brûle
    Si yl brûle notre esprit.


    L’alcool est doux et chaud
    Nous sommes froids et glacés
    Comme des morts.

  • Beamish

    Ta robe brune
    berce mes nuits
    De bars miteux en pubs iri(sh)
    Chaloupe en moi tout mon ennui
    Paluche-moi ! Gorge me cuit
    Lorsque je viens boire à la brune…


    Par ces chemins que l’on rebrousse
    Aux picassées de ta frimousse
    Je regardais dessous ta mousse
    Ta robe rousse


    Si je consume au bain-marie
    Ou si j’écume au bain minuit
    De bars miteux en pubs iri(sh)
    Chaloupe en moi tout mon ennui…
    Jusqu’au plus profond de mes brumes
    Ta robe brune